L’Italie S’élève Contre le Retard dans l’Adoption des Voitures Électriques: L’UNRAE Exige une Action Immédiate

L’Italie S’élève Contre le Retard dans l’Adoption des Voitures Électriques: L’UNRAE Exige une Action Immédiate
Mercato auto Europa

À l’aube de 2024, le marché automobile européen a insufflé un vent d’optimisme au sein des industries et des consommateurs. Pour janvier, les chiffres du secteur automobile étaient particulièrement révélateurs d’un renouveau : une augmentation notable de 11,5% des immatriculations de véhicules neufs, si l’on englobe l’Union européenne, le Royaume-Uni ainsi que les pays membres de l’Association européenne de libre-échange (AELE). Cette embellie, aussi encourageante soit-elle, ne saurait cacher la réalité d’un marché encore en reprise, accusant un retard de 17,2 % par rapport aux fastes de l’an de grâce 2019.

Le Centre d’études des Promoteurs, une institution respectée pour ses analyses économiques pointues, a scruté de près ce phénomène. Il a identifié plusieurs éléments moteurs derrière cette croissance. Au cœur de cette dynamique, l’achat de flottes d’entreprises et les sociétés de location longue durée semblent avoir été des catalyseurs puissants, probablement stimulés par des programmes incitatifs d’envergure dédiés aux voitures électriques. Néanmoins, le Centre pointe aussi une érosion, moins favorable, dans le secteur des achats par les particuliers. Attribuée à l’inflation persistante des prix de vente au cours des dernières années, cette tendance a entraîné une adoption accrue de la location longue durée, un mécanisme jadis réservé au monde des affaires mais maintenant courant parmi les consommateurs individuels.

La ferveur pour l’électromobilité connaît une sonorité particulière en Europe. Au mois de janvier 2024, 120 926 automobiles électriques ont été immatriculées, affichant une croissance fulgurante de 29,3 %. Cependant, ce rythme effréné ne s’est pas traduit par une part de marché proportionnelle, qui a légèrement reculé à 11,9%, contre 15,7% sur l’ensemble de l’année précédente. Ce recul des immatriculations est particulièrement marqué en Italie où, affichant une part de marché de 2,1%, la péninsule se trouve nettement à la traîne par rapport à la moyenne européenne. Cette chute est largement expliquée par l’anticipation des consommateurs face à de nouvelles mesures incitatives gouvernementales pour les voitures électriques, qui promettent des réductions alléchantes de jusqu’à 13 750 euros pour la mise à la casse et des revenus ISEE inférieurs à 30 000 euros.

L’Union Nationale des Représentants Automobiles Étrangers (UNRAE) a lancé un appel à l’action, soulignant l’urgence d’introduire des incitations. L’organisation précise que l’attente des nouvelles mesures gouvernementales a pratiquement immobilisé le segment des véhicules électriques. L’adoption d’un décret du Premier ministre détaillant le nouveau dispositif d’incitation pour l’année 2024, ainsi que la mise à jour de la plateforme Invitalia, sont jugées cruciales pour que ces aides deviennent effectives. Cependant, les délais s’étirent dangereusement et le marché semble en suspens, comme en témoignent les chiffres modestes d’immatriculations de véhicules zéro émission au début de l’année.

L’UNRAE insiste sur le fait qu’il est vital pour le succès de la transition énergétique que le gouvernement agisse, soit en supprimant, soit en rehaussant le prix plafond des voitures électriques. Le secteur automobile, souvent perçu comme le baromètre économique d’un pays, attend donc avec impatience les réponses gouvernementales, qui, à terme, pourraient non seulement impulser un marché en convalescence mais aussi orienter le futur de la mobilité vers une ère plus verte et durable.