Site icon Bonjour Invest

L’évolution économique globale sculpte les dynamiques du marché de l’or noir : tendances actuelles

demande de pétrole

demande de pétrole

Dans l’univers en perpétuelle évolution qu’est le secteur énergétique, un vent de changement souffle à l’horizon et s’apprête à redéfinir le paysage tel que nous le connaissons. Avec l’analyse méticuleuse fournie par le renommé Pictet Asset Management, le monde se prépare à assister à une transformation sans précédent : un déclin anticipé de la demande en combustibles fossiles au profit d’une ère nouvelle, où les sources d’énergie renouvelables prennent le devant de la scène.

Les résultats de l’étude indiquent un tournant majeur qui se dessine dans la prochaine décennie. La demande mondiale de pétrole, après avoir grimpé à des sommets, devrait amorcer une décroissance progressive. Cet aboutissement est le fruit de nombreuses années de transformation dans les attitudes et les politiques envers le développement durable, ainsi que de l’émergence des économies asiatiques qui réécrivent les règles du jeu énergétique mondial.

Selon les projections, la consommation globale de pétrole s’apprête à atteindre un pic avant de s’incliner devant la montée des énergies vertes. L’année 2024 est désignée comme un moment charnière, avec une augmentation de la demande de 1,5 million de barils par jour. Toutefois, cette croissance marquera un ralentissement comparé à l’année précédente, en partie due à un refroidissement de la croissance du PIB mondial, estimée à 2,8% contre 3% en 2023.

Le contraste frappant se situe, néanmoins, dans le clivage qui se profile entre les économies avancées et celles en plein essor. Tandis que les premières sont susceptibles de réduire leur consommation de pétrole de 0,2 million de barils dès l’année prochaine, les économies émergentes, avec en tête la Chine, s’apprêtent à connaître une hausse considérable de la demande, estimée à 1,7 million de barils par jour. Cette dichotomie révèle la divergence croissante dans les trajectoires énergétiques mondiales, avec une Asie avide d’énergie pour soutenir son développement économique fulgurant.

En ce qui concerne l’offre, la prédiction de Pictet Asset Management est que les pays hors OPEP+ tels que les États-Unis, le Brésil et la Guyane, alimenteront le marché avec une augmentation de 1,3 million de barils par jour. Cet afflux nécessitera alors des actions concertées des membres de l’OPEP+ pour continuer à réduire la production volontairement, dans le but de préserver l’équilibre du marché et d’empêcher une chute des prix pétroliers.

L’entrée en jeu de cette nouvelle offre pourrait conduire à une saturation du marché d’ici la fin de l’année 2024, avec des répercussions possiblement drastiques sur les prix du pétrole à l’échelle internationale. Dans ce contexte volatil, Pictet prévoit que le prix du pétrole Brent se stabilisera autour de 90 dollars le baril pendant le premier semestre, grâce à la solide demande en provenance des économies émergentes, et en particulier de la Chine. Cependant, une baisse à environ 80 dollars le baril est envisageable pour la fin de l’année suivante.

Quitter la version mobile